jeudi 26 décembre 2013

Le cycle d'Ardalia Tome 1 : Le souffle d'Aoles- Alan Spade (Editions Emmanuel Guillot)



A lire si on aime
- un univers original bien construit et soigné
- un personnage principal attachant
- une écriture fluide

A éviter si on cherche
- une intrigue complexe et imprévisible

Résumé
Pelmen doit beaucoup à la famille Boisencroix. Jusqu’à sa rencontre avec Teleg, le fils, il avait pour seule perspective la découpe de peaux de bêtes à l’aide d’un silex à la tannerie nauséabonde de son village. C’est ce nouvel ami qui lui a fait découvrir le travail du bois.
Mieux encore, Galn, le père de Teleg, l’a initié au tir à l’arc, et Pelmen s’est révélé tellement doué pour cet art qu’il a réussi à infléchir la course de son destin en devenant archer. Mais un jour, de mystérieux individus entrent en contact avec Teleg dans une taverne. En lui proposant un fragment d’ambreroche, minerai précieux entre tous, et en lui promettant la richesse, les inconnus parviennent à le convaincre de s’exiler pour travailler dans une mine.
Lorsque Pelmen apprend que ces personnages sont des adorateurs du feu, ennemis héréditaires, il n’hésite pas à se lancer dans l’aventure. Pour retrouver son ami et le tirer des griffes des nylevs, serviteurs du dieu de la destruction, il lui faudra surmonter bien des appréhensions et s’allier avec des êtres étranges et fantastiques : un shaman maîtrisant le souffle d’Aoles, autrement dit le pouvoir du vent, un krongos, créature de la terre capable de s’incorporer à la roche, et enfin des malians adeptes de la magie de l’eau.

Mon avis
Bien que la couverture n'aie pas vraiment attiré mon regard, c'est le résumé qui a attisé ma curiosité. Je me suis donc lancée dans la découverte du premier tome du cycle d'Ardalia et je tiens à en remercier le forum Have a Break Have a Book et l'auteur Alan Spade.

Dès le début du roman, on s'attache très vite à Pelmen, le personnage principal, adolescent timide et rebelle. On apprécie sa naïveté et sa fougue. Le style fluide et agréable nous porte au fil de ses aventures, que l'on suit avec plaisir.
L'intrigue naissante reste simple et bien menée. Trop peut être. Si elle semble parfaitement maîtrisée, elle manque un peu de subtilité. L'enchaînement des événements laisse paraître trop clairement les ficelles tirées par l'auteur : le personnage principal échappe aux dangers avec une facilité déconcertante et les éléments déclencheurs de l'intrigue manquent de naturel et de spontanéité.
Ma lecture n'a pas été désagréable pour autant, car le point fort et l'originalité du roman réside dans la richesse de l'univers créé. La plume de l'auteur contribue amplement à cette réussite par des descriptions précises et soignées, mais qui ne noient jamais le lecteur sous un flot d'informations inutiles. Il ne se perd pas dans les lourdeurs d'un style trop élaboré (même s'il reste soutenu), ne cherche pas à en mettre plein la vue, et s'il faut un temps pour s'habituer et s'approprier les codes de ce monde (présence notamment de nombreux néologismes), l'immersion se fait parfaitement et naturellement au fil des pages : dépaysement garanti !
De plus, cette découverte se fait sous le point de vue de Pelmen et l'identification au personnage fonctionne très bien. L'auteur fait partager à travers ses yeux des scènes et ambiances très vivantes, où même les actions les plus banales du quotidien sont mises en valeur.
L'apprentissage de Pelmen représente également un passage fort intéressant du roman (que j'aurai voulu plus développé) où le héros s'intègre à la nature environnante, apprend à l'écouter, l'apprécier, s'y fondre pour y évoluer, chasser et se défendre.
Certaines relations entre Pelmen et les personnages secondaires demeurent pourtant traitées un peu rapidement. En début de roman, l'amitié entre Pelmen et Teleg me semble peu crédible. La relation entre Pelmen et le père de celui ci est plus mise en avant. Il serait presque plus logique qu'ils éprouvent un sentiment de rivalité (Pelmen attire sur lui l'attention et la fierté du père de son ami, et réussit là où il a échoué), ce qui fragilise un peu le fil conducteur de l'intrigue : après tout, la motivation première du jeune héros est de sauver son ami.

En conclusion, malgré un léger manque de spontanéité et de profondeur, j'ai apprécié la découverte d'un univers original, de personnages fort intéressants, ainsi que la plume claire et assurée de l'auteur. Ce premier tome aurait pu être un véritable coup de cœur, si ces quelques détails n'avaient pas gêné ma lecture. Je poursuis donc le deuxième tome avec l'espoir de voir l'intrigue et les personnages évoluer et s’étoffer.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire