mardi 31 décembre 2013

Le cycle d'Ardalia tome 3 Les Flammes de l'Immolé - Alan Spade ( éditions Emmanuel Guillot)



A lire si on aime
-un style fluide
-un monde riche
-des peuples et une magie liés aux éléments
-des personnages forts
- les oiseaux majestueux

A éviter si on cherche
- des combats nuancés (qui sortent du schéma lutte du bien contre le mal)
- une intrigue simple
résumé
La grande traque avait commencé, et les hevelens étaient le gibier. Quand se conclurait-elle ? Et comment ? Impossible de le prédire. L’armée de Malia vaincue, les forces de la Destruction font le siège de la Porte des Canyons et se répandent dans les Steppes Venteuses. Pour chaque enfant du vent ou de l’eau capturé et précipité dans la Grande Déchirure, c’est un nylev, un être de feu qui naît. Pelmen, Laneth, Lominan et Elisan-Finella doivent convaincre les krongos de se joindre à leur lutte désespérée. Mais les êtres de pierre ne sont qu’une poignée, et plus rien n’entrave Valshhyk, l’Immolé…

Mon avis
Encore merci au forum Have a Break Have a Book et l'auteur Alan Spade de m'avoir permis de découvrir La trilogie d'Ardalia.

Les Flammes de l'Immolé est le tome le plus long, mais aussi le plus abouti de la trilogie d'Ardalia : on y retrouve le style riche et fluide de l'auteur, ainsi qu'une narration soutenue et maîtrisée.
Les personnages qui avaient déjà bien évolués dans le deuxième tome gagnent encore en profondeur. L'auteur n'hésite pas à leur mener la vie dure et fait preuve de finesse et de sensibilité dans le traitement de leur caractérisation. Certains personnages secondaires sont aussi plus développés que dans les tomes précédents (Xuven par exemple prend plus d'ampleur).
Les différentes civilisations livrent leurs secrets : on est ravi d'en savoir plus sur le peuple des Krongos (les êtres de pierre), mais également sur les Algams, immenses oiseaux divins qui servent de montures aux héros. L'étrange complicité que ces derniers entretiennent avec leur cavalier sous forme de liens télépathiques et de transmissions d'images s'avère particulièrement intéressante. Ils offrent une vague de fraîcheur et de d'originalité au roman.
Dans ce tome, l'histoire ne connaît pas de temps mort : les combats font rage, les personnages doivent faire face à leur destinée (même si certaines décisions sont rudes à prendre) et s'allier face aux épreuves et à l'ennemi. Cette coopération entre les peuples n'est pas aussi aisée qu'elle y paraît et les traîtres sont encore nombreux, prêts à frapper à la moindre faute d'inattention des héros. Pour le lecteur, l'immersion dans l'intrigue et les affrontements est totale. Il semble presque impossible de lâcher le roman, tant l'envie est grande de rester sur Ardalia pour suivre les aventures de Pelmen, Laneth, Xuven, Lominan et leurs amis.

Dans ce tome, de nombreux points de vue servent l'intrigue qui se ramifie et prend des tournants moins prévisibles, même si les grandes lignes ne réservent pas réellement de surprises. Le lecteur doit tout de même prendre garde à bien suivre les enjeux et intérêts des nombreux personnages. Il faut bien distinguer les alliés des traîtres et les noms composés des Malians ne rendent pas la tâche facile, car ils peuvent porter à confusion (surtout pour les personnages les moins connus). Les événements regorgent également de détails non négligeables, qu'il ne faut pas manquer sous peine de se retrouver perdu dans le fil de l'histoire. Il existe un index des personnages qui peut être utile, mais qui se trouve à la fin du tome, ce qui ne rend pas forcément la manipulation aisée sur certaines liseuses.

On apprécie la fin soignée du tome, et donc de la trilogie, qui répond aux questions et aux attentes du lecteur. L'auteur ferme les nombreuses portes ouvertes tout au long de l'histoire.
L'émotion est au rendez-vous !

Une fois la lecture de la trilogie terminée, les lecteurs désireux d'enrichir leurs connaissances de l'univers créé par Alan Spade peuvent poursuivre leur découverte avec « Une brève histoire d'Ardalia », récit de la genèse d'Ardalia (téléchargeable gratuitement).

en conclusion : On ne s'ennuie pas un seul instant avec ce tome (et je l'aurais dévoré en bien moins de temps si des contraintes personnelles et professionnelles ne m'avaient pas freinée dans ma lecture). Si le deuxième tome de la trilogie a marqué un tournant, ce troisième tome particulièrement réussi est un véritable coup de cœur.
Bilan positif, donc, après cette agréable lecture du cycle d'Ardalia.
Et je compte bien continuer l'aventure puisque « Une brève histoire d'Ardalia » a déjà pris place dans ma liseuse !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire