jeudi 14 mai 2015

Origines : Le dernier Oracle, d'Agnes Rabotin



résumé
A 29 ans, Johanne a une mémoire hors norme et un odorat d’une extrême sensibilité. Elle est enceinte de son premier enfant et tout serait parfait si Hadrien, le futur papa, n’était pas un jeune homme trop immature pour faire face à ses responsabilités.
S'ajoute à cela l'intrusion dans sa vie d'un mystérieux personnage. Elle voit à travers son regard tandis qu'il la fait entrer dans une nouvelle réalité. Un voyage qui va lui permettre de comprendre les plus grands mystères de l’existence et plus encore, que rien dans sa propre vie n’est le fruit du hasard. Et si son bébé était l’enjeu d’une rivalité olympienne ?
Un étonnant voyage mythologique parsemé de multiples rebondissements.


mon avis

Johanne, enceinte, peine à se remettre du départ d’Adrien, père de son enfant, qui ne se sent pas prêt à assumer ses responsabilités. Alors que le jeune homme est parti en Grèce, engagé dans une troupe de théâtre et désireux de retrouver le père qu’il n’a jamais connu, elle fait la connaissance de l’étrange Eros et de sa famille. Elle n’est pas au bout de ses surprises, entre les révélations et les dangers qu’elle doit affronter ! Heureusement, Johanne a des alliés de taille…

Dans Origines l’auteure fait une interprétation personnelle de la mythologie grecque, qu’elle s’approprie pour la lier à l’intrigue. L’auteure se dit passionnée par le sujet depuis longtemps et on sent, en effet, son investissement et sa connaissance dans l’écriture du roman.
Certains mythes sont conservés (et on les redécouvre avec plaisir), d’autres modifiés, voire remodelés pour se mieux se plier à l’intrigue. L’introduction de ses mythes se coule très bien dans l’histoire, sans l’alourdir. 
L’auteur a eu également le soucis de rester fidèle à l’esprit de celle-ci dans son écriture, tout en apportant une touche de modernité (l’histoire de Johanne se déroule à notre époque). En effet, les dieux grecs s’incrustent à l’occasion parmi les humains, ont des aventures (même si une loi le leur interdit à présent), et se mêlent de leur destin.
L’auteure conserve également la symbolique propre à chaque dieu et leur attribue des pouvoirs singuliers développés selon leurs caractéristiques, généralement judicieux. 

Le roman s’organise en trois parties et la narration s’y adapte naturellement. Elle se déroule toujours à la première personne, ce qui permet de donner un caractère immersif au roman.
On comprend l’intention de l’auteure à travers ses choix de narrations. Se fixer sur le point de vue de Johanne dans la première partie, laisse planer le doute sur Hadrien et ses intentions envers la jeune femme et son enfant. De plus, elle permet de faire de la jeune fille le personnage principal par qui passe la plupart des révélations au lecteur. Hadrien intervient dans la deuxième partie en alternance avec Johanne. Le lecteur en apprend plus sur le personnage et ses émotions, ses réactions quand il apprend la vérité sur son identité. Cela permet aussi de découvrir certains personnages sous une autre facette: leur comportement diffère selon qu’ils se trouvent avec Adrien ou Johanne (c’est notamment le cas pour Appolon). La troisième, plus courte, nous offre le point de vue d’Eros, ce qui permet d’en savoir d’avantage sur ce personnage très secret et de comprendre ce qui le ronge.

Les personnages du roman sont bien caractérisés, et consistants. 
Johanne, personnage principal, est une fille attachante. Hadrien a peut être le mauvais rôle au début de l’histoire, mais c’est un personnage complexe. Johanne et lui semblent complémentaires, et la jeune fille reste très amoureuse et concernée par lui, malgré ce qu’il lui a fait.
Eros, Apollon et Hermès sont les dieux les plus présents dans l’histoire, Artémis et les nymphes ont également un rôle actif, même si moindre. Les autres dieux de l’Olympe n’y feront qu’une rapide apparition.
Eros, personnage essentiel dans l‘intrigue, se mesure à son frère jumeau, Antéros, dangereux adversaire, puisqu’il tente à plusieurs reprises de tuer Johanne et son enfant. Eros apparaît comme un personnage d’une grande gentillesse et d’une grande patience. Apollon possède un côté frimeur, mais cache une froideur de guerrier. Hermés apparaît plus espiègle.
Ces dieux possèdent la sagesse de l’âge, mais le temps et les souffrances ne les épargnent pas. Ils ont perdu des êtres chers et leurs ombres restent bien présents. 

L’auteure prend le temps de laisser ses personnages (surtout les mortels) douter, remettre en question l’impensable avant de l’intégrer et l’accepter (l’existence des dieu de l’Olympe est un premier pas, mais bien d’autres secrets sont dévoilés tout au long du roman). Elle les bouscule, leur fait subir les conséquences de leurs actes et leur laisse le temps de s’adapter.
Elle sollicite le lecteur et son attention constamment, car dès que les personnages obtiennent des réponses à leurs questions, s’en imposent de nouvelles. Le tout donne un roman crédible et passionnant. 

Remarque : si l’amour représente l’un des thèmes forts du roman, de par l’histoire de Johanne et Adrien et la forte présence d’Eros, ce n’est néanmoins pas une romance.

En conclusion, Origine nous offre une intrigue bien menée, exploitant avec cohérence la mythologie grecque. Les personnages sont crédibles et attachants, la lecture trépidante. J’ai dévoré ce premier tome et j’ai hâte de pouvoir lire le deuxième tome ! Merci au forum  Au cœur de l’Imaginarium et aux éditions L’ivre-Book pour cette excellente lecture.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire